Le messaging et le drive-to-store

Le messaging et le drive-to-store

Les annonceurs ne sont pas encore unanimes par rapport aux campagnes publicitaires par texto, tant l’évaluation du retour sur placement reste délicat. Voici quelques atouts du messaging et les limites à respecter.

Spécificité du mobile

C’est irréfutable, les acheteurs adoptent la praticité du téléphone dans leur circuit d’achat. Cependant, le mobile représente un appareil qui enveloppe divers média et canaux. On pense illico au m-commerce ou le display mobile. Et même si le drive-to-store ne symbolise pas encore l’étoile du mobile, il n’en illustre pas moins une réelle tendance à copier. Ses avantages étant de se fonder sur les originalités de l’appareil, très plébiscitées par les Français possesseurs de Smartphones. Grâce à sa mobilité, il suit son proprio où qu’il se trouve et est donc géolocalisable, toujours accessible et interactif !

Le messaging, un outil difficilement mesurable

En dépit de ses 10 ans d’existence, le messaging n’est pas encore unanime puisqu’il n’est pas encore mesurable concernant le retour sur investissement. Dans le monde de la pub interactive, les annonceurs se servent d’une batterie de KPIs qui permet la corrélation directe de l’activation à l’acquisition, étant donné que les consommateurs sont approvisionnés et disposent de peu de temps car les usages sont présents, à l’inverse des transactions drive-to-store. À condition que l’on mobilise les hôtes de caisse ou bien son réseau de franchisés, la mesure de l’influence des transactions mobiles est assez complexe à installer. Il s’avère évident qu’une campagne de messaging peut sembler productive pendant les phases importantes commerciales, étant donné que les consommateurs sont approvisionnés et disposent de peu de temps.

Sachez que la géolocalisation des clients en leur envoyant un SMS contextualisé incite à considérer minutieusement le domaine juridique, et plus particulièrement les avertissements de la Cnil sur le terme. Pour un traçage des consommateurs à l’intérieur des boutiques, les marques doivent effacer les informations émises par les appareils mobiles lorsque les acheteurs quittent le magasin ou bien rendre les renseignements anonymes.

Consultant marketing digital dans une grande agence de communication à Paris, je publie régulièrement des chroniques liés à mes domaines d'expertise : le marketing web et mobile, et l'entrepreneuriat web.

Autres articles associés